Une réforme a minima

A propos de la réforme des rythmes scolaires dès 2013 on affirme au ministère de l’Education Nationale que les communes qui ont opté pour la réforme à la rentrée sont « plutôt bien préparées ».

« Il y aura forcément des couacs mais, en fin d’année, plus personne n’en parlera et on s’apercevra que les choses tournent », glisse même un proche de Vincent Peillon

Un bilan positif donc pour la réforme des rythmes scolaires avant même sa mise en place sur le terrain.

A la lecture du discours de Jean-Marc Ayrault aux recteurs et directeurs académiques des services de l’Éducation Nationale du 22 août on peut aussi douter des capacités d’écoute du gouvernement. Ainsi peut-on lire cette surprenante déclaration du Premier Ministre au sujet de la modification des rythmes scolaires Le beau consensus si fortement exprimé il y a quelques mois ne doit pas être oublié

Consensus ! Mais avec qui ? Les communes ? Les parents ? L’Académie de médecine ? Les enseignants ?

Rappelons à M Ayrault que les enseignants du primaire se sont fortement exprimés contre cette réforme en janvier 2012 et surtout lors de la journée de grève nationale du mardi 12 février 2013 avec plus de 60% de grévistes sur l’ensemble du territoire (80% dans mon académie).

Il est à craindre que l’année scolaire à venir ressemble à s’y méprendre à la précédente. Pourtant comment refonder réellement l’école sans entendre les acteurs de terrain, sans prendre en compte leur travail et leurs convictions ?

Il est urgent que le gouvernement reprenne contact avec la base et pas uniquement par l’intermédiaire des recteurs et Dasen forts éloignés des attentes et réalités du terrain.

Pour ma part, j’ai décidé de me replonger dans le rapport de l’Académie nationale de médecine adopté le 19 janvier 2010 à propos de l’aménagement du temps scolaire et santé de l’enfant.

L’Académie réaffirme le rôle des parents avec l’importance du sommeil pour la bonne santé des enfants : la bonne santé de l’enfant dépend, entre autre, de la qualité de son sommeil dans sa durée et sa régularité.

L’Académie souligne au sujet des rythmes scolaires : le rôle néfaste à cet égard de la semaine dite de 4 jours sur la vigilance et les performances des enfants les deux premiers jours de la semaine liées à une désynchronisation liée au week-end prolongé. On peut donc noter que l’Académie de médecine, pour le bien être des enfants, recommande le retour du samedi travaillé.

Pourtant la réforme des rythmes imaginée par Vincent Peillon rend le mercredi matin travaillé obligatoire et le samedi matin dérogatoire !

En ce qui concerne le temps quotidien de classe, l’Académie préconise pour les jeunes enfants une journée de 4 à 5 heures de cours maximum. 

Dernière préconisation à laquelle je souscris pleinement : il faudrait tenter de diminuer le stress de l’enfant et le surmenage scolaire par des programmes adaptés et non pléthoriques
Malheureusement les nouveaux programmes n’entreront pas en vigueur avant la rentrée 2015 et leur allégement n’est pas certain.

Enfin, quoiqu’il advienne, le nombre annuel d’heures d’enseignement   qui s’élève aujourd’hui à 864 heures en France contre 608 heures en Finlande, 620 heures en Norvège ou 622 heures en Allemagne, sera toujours le même pour les élèves avec la mise en œuvre de la réforme

Ainsi,  la réforme des rythmes scolaires qui va s’appliquer dès la rentrée prochaine pour 22% des écoliers français, améliorera-t-elle la vie des enfants ou n’est-elle qu’une mascarade, une réforme a minima ?

Publicités